Dépression

/Dépression
Dépression2018-10-17T16:30:52+00:00

La dépression

La déprime et la dépression sont deux choses différentes. On est tous à un moment ou un autre déprimé par le changement de saison, une rupture, une chicane, une situation non idéale, une difficulté, un deuil, … Être déprimé, c’est vivre un état de tristesse normal et passager. Mais parfois, un état de mal-être s’installe et il devient important de faire la différence entre déprime et dépression, pour s’assurer d’aller chercher l’aide appropriée à sa situation. Voici des exemples concrets d’une personne souffrant d’une dépression :

La personne est triste pratiquement toute la journée et tous les jours. La personne peut pleurer ou peut sembler maussade. Elle a un sentiment que tout est noir, que tout est sans espoir, que la situation n’a pas de solution et que rien de bien ne peut survenir. La tristesse est profonde. Elle ne se dit pas que demain elle se sentira probablement mieux, car elle sait que demain elle sera triste. Elle peut parfois être de bonne humeur, mais elle oublie rapidement cet état et la tristesse revient rapidement.

La personne n’a envie de rien, ni de son plat préféré, ni de son activité favorite. Elle peut faire les activités qu’elle aimait avant, mais ne ressent plus vraiment de plaisir. La personne ne poursuit plus ses intérêts.

La personne a soit peu d’appétit ou mange beaucoup plus. On peut observer une perte ou un gain de poids de 5% ou plus en un mois. Certaines personnes mangent pour tenter de réguler leurs émotions, alors que d’autres se forcent pour manger en l’absence de faim.

La personne peut dormir très peu ou dormir beaucoup. L’important est de remarquer un changement dans les habitudes de la personne. Et indépendamment que la personne dorme plus ou moins, elle ressent une fatigue et une perte d’énergie importante!

La personne soit bouge beaucoup ou soit est ralentie, tellement que la différence est remarqué par les autres!

La personne a beaucoup de difficulté à voir ses qualités et ses forces : Elle se dévalorise! Elle se croit bonne à rien. Le sentiment d’échec est présent. Elle peut même se sentir coupable de façon exagérée.

Porter son attention sur une tâche est difficile. Penser lui prends beaucoup plus de temps qu’à l’habitude et semble difficile. Prendre une décision semble impossible. La personne va donc avoir de la difficulté à travailler. Elle peut aussi avoir de la difficulté dans ses relations. Elle a souvent des trous de mémoire.

Souvent la personne s’isole. Elle fait cela parce qu’elle a perdu l’intérêt, parce qu’elle est fatiguée, parce que socialiser semble une tâche insurmontable, parce qu’elle sent qu’elle n’a rien à apporter… C’est dommage parce que le support social est important (mais s’il s’agit d’une dépression, il n’est pas suffisant et les proches peuvent se sentir dépassés)!

La personne ressent beaucoup plus ses propres douleurs. Elle peut attribuer son manque de fonctionnement à ses douleurs et à des pensées noires vis-à-vis celles-ci.

Note : La douleur chronique et la dépression sont différentes, mais la douleur peut mener à la dépression, et la dépression peut augmenter la douleur.

Habituellement la libido est diminuée. Toutefois, comme pour la nourriture, certaines personnes essaient de réguler leurs émotions par la sexualité et peuvent passer par une phase d’hypersexualité.

On voit souvent des hommes réagir différemment à la dépression. C’est souvent le cas lorsque leur propre vulnérabilité et leur propre tristesse est inadmissible pour eux et les fait réagir. Ils peuvent être en colère contre eux-mêmes parce qu’ils se sentent triste et ne sont pas à la hauteur des standards de la masculinité selon lesquels les hommes ne pleurent pas. Ils peuvent donc être irritables, tenter de réguler leurs émotions par l’alcool, la drogue, les batailles, le travail, la sexualité…

Note : les femmes peuvent aussi démontrer ces comportements

La personne peut penser souvent à la mort. Il est possible qu’elle ait des pensées suicidaires, des comportements suicidaires ou des comportements parasuicidaire (p.ex. : se couper; conduire dangereusement).

Il n’est pas nécessaire que tous les symptômes soient présents. Si vous avez remarqué un changement depuis au moins deux semaines ou que la personne n’est plus fonctionnelle, il est important de consulter. Il est aussi possible de consulter lorsqu’on est déprimé ou tout simplement pour faire une démarche de prévention de la dépression même lorsque nous ne sommes pas déprimés.

Contactez-nous ici!

N'hésitez pas à me contacter

Remplissez notre formulaire de contact ou contactez-moi directement par téléphone au 450 332.7314
Contactez-nous ici!